Vendredi 13 mai: Histoire de ponts.

P1020820

                 Il m’aura fallu attendre 25 ans avant de glisser sur la Seine et passer enfin par-dessous le Pont-de-Normandie, moi, qui dès 1992 en survolait le chantier pour les besoins de quelques clichés photographiques. Le petit avion Cessna a virevolté par-dessus l’ouvrage au point de me faire ressentir un douloureux vertige. Aujourd’hui, le 13 Mai 2017, à bord d’un bateau honfleurais, bien stable, en compagnie des membres du jumelage Rouen-Norwich je découvre, d’une autre manière, un ouvrage parfait qui me laissait pourtant indifférent, autrefois. Ce pont a une allure fantastique avec ses haubans qui dessinent contre le gris-bleu du ciel un délicat canevas et aussi ce tablier d’une portée de plus de 850 mètres dont le subtil profilé, en aile d’avion, peut résister à la violence des vents marins.
                Pourtant, une fois le Pont-de-Normandie dépassé vers l’amont, on distingue bien, dans les brumes fluviales, le tout premier pont suspendu qui enjamba la Seine, celui de Tancarville. Celui qui restera le plus cher à mon cœur. Dès 1965, il marquait pour moi un point de passage obligé et important, fait de fausses permissions militaires et de retours hebdomadaires du pays d’Auge à la pointe du Pays-de-Caux. Un aller-retour incessant vers mes amours…
                L’expression « De-l’autre-côté-de-l’eau » a toujours souligné la profonde fracture que le fleuve engendre entre les normandies. Au plus près de l’estuaire, le Pont-de-Tancarville, puis ce magnifique Pont-de-Normandie ont relié à jamais des terroirs et des microclimats normands. La création de ces ouvrages et, dernièrement, une seule et même région ont soudé définitivement et irrémédiablement la Normandie. Quand je pense, atterré, moi l’Angevin de naissance, qu’il a fallu des trésors de technologie et de singuliers combats politiques pour parfaire une unité que les Ducs de Normandie, dès le Xème siècle, avaient déjà en tête… Anciens et toujours Vikings, le franchissement de la Seine n’était pour eux qu’une bagatelle, une distraction en quelque sorte, un retour au source, pour vaquer de Rouen à Caen et galoper éperdument sur les grèves du Mont-Saint-Michel, comme si de rien n’était…

                                                                                                                                   Alexandre Hervé.

Jeudi 12 mai: D’une Abbaye à l’autre

Le ciel du 12 Mai 2017 fut clément, alternant passages nuageux et franc soleil. Après la sortie des entrailles de la carrière de la Maladrerie, là où fut extrait une partie de la « pierre de Caen », nous eûmes, momentanément, l’impression d’une bienfaisante bouffée de chaleur, sèche.

P1020751
                Deux exemples de l’utilisation de cette fameuse pierre s’offrirent à nos regards. L’un au pied et sur les remparts du vaste château de Caen, l’autre dans l’ouest lointain de la ville, avec  la belle silhouette blanche de l’Abbaye -aux-Hommes.

P1020765
                En cheminant par la rue Saint-Étienne on finit par aboutir sur sa magnifique esplanade. L’Abbaye-aux-Hommes, à l’instar de l’Abbaye Saint-Ouen à Rouen, abrite l’hôtel-de-ville avec un peu le même ordonnancement des anciens bâtiments bénédictins et de leur Abbatiale qui les jouxte : Saint Étienne à Caen, Saint-Ouen à Rouen. Mais dans le détail tout est différent. On aborde, en fait, l’Abbaye-aux-Hommes par l’arrière en traversant un bel écran de verdure, son esplanade ; à Rouen, il faut franchir l’entrée principale pour découvrir, à l’arrière, les  anciens  jardins de l’Abbaye ; point de devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » au fronton ; puis toujours à Caen on retrouve l’absolue intégralité des salles monacales du XVIIIème siècle : le chapitre, la sacristie, le parloir, le réfectoire tout habillé de bois. Actuellement dans ces lieux se célèbrent les mariages et s’organisent les réceptions. Dans le spacieux  et magnifique cloître on imagine facilement les jeunes mariés du XXIème siècle devant les photographes, là où les antiques moines faisaient, autrefois, leurs saintes déambulations. Au niveau du parloir on trouve encore un efficace « tableau des offices » du XVIIème avec son horloge et en-dessous les différentes activités où les moines pouvaient inclure leur affectation de la semaine.
                Il faut ressortir des bâtiments conventuels pour s’introduire dans la magnifique Abbatiale appelée, ici, l’église Saint-Étienne. Elle fut construite en quatorze ans sous Guillaume le conquérant. Sa création et l’ensemble de l’Abbaye devait racheter, vis-à-vis du pape, la faute commise par Guillaume qui avait épousé la toute belle Mathilde de Flandres, sa lointaine cousine. A l’inverse de l’Abbatiale Saint-Ouen de Rouen où se donnent des concerts d’orgue, ici, se disent toujours des grands-messes, tout contre le tombeau de Guillaume. Il avait choisi d’être enterré, ici , dans cette Normandie au ras des flots et riante, plutôt que dans la vallée de Seine creusée dans le rude plateau venté du pays-de-Caux. Détail macabre, la tombe de Guillaume fut plusieurs fois profanée et il ne reste qu’une seule relique dans la fraîcheur du tombeau.

P1020773
    A Caen, on célèbre facilement le prestigieux Guillaume le Conquérant, VIIème Duc de Normandie, alors qu’à Rouen c’est Rollon, le Viking fondateur qu’on croise dans les jardins de l’hôtel-de-ville… Malgré tout, de Rouen à Caen n’a régné qu’une seule et même dynastie, celle des redoutables Ducs de Normandie, pour une seule et même belle région, la Normandie, si riche de ses paysages verdoyants, divers et complémentaires…
   

                                                                                                               Alexandre Hervé.

vendredi 12 mai: les carrières de Caen

P1020699

On Friday, 12th May, we went to Caen. In the morning, we visited quarries. We separated into 2 groups. The visit was in English and gave to us geological, technical, historical and other wonderful information. Our guide was very nice and very good. He explained to us everything clearly and simply.

The quarry we visited was used in 1986 for the last time. Refugees used it after Caen was bombed during WWII and the father-in-law of the guide was one of the refugees and went there to hide. In the quarry, we could find limestone, la Pierre de Caen. La Pierre de Caen is very white but absorbs water, so if it has water in it and if it is freezing, it can explode. Above the quarry, a district has been built.

P1020731

Above one of the pillars in the quarry, there is a crèche. some pillars are very old, so, they have been reinforced with concrete. In winter, there are a lot of bats in the quarry. There are also wells, some are 25 meters deep, and were used to pull up blocks of la Pierre de Caen. One or two men were in a big wheel like a hamster wheel, and they walked and walked in the wheel to get la Pierre de Caen up.

A lot of cathedrals, have been built with this stone, especially Norwich Cathedral, the white tower of London, Canterbury Cathedral and Westminster, and also some castles, Hastings castle, Colchester castle … Now la Pierre de Caen is bought by Arab emirates, U. S. A and England, to build luxurious houses, it is kind of tribute to the past.

P1020712

Arthur Frayssinet

Jeudi 11 mai: visite de Rouen

043

Après le passage d’une pluie diluvienne 8 personnes se sont regroupées sur le parvis délavé de la Cathédrale auprès de Philippe Pinguet, notre guide bénévole. Ayant passé une année à Cambridge dans sa jeunesse son anglais était encore tout a fait à la hauteur de nos hôtes anglais.
Notre guide nous a fait découvrir pendant 3 heures haletantes : la Cathédrale, l’église St Maclou, l’église Jeanne d’Arc ainsi que les fresques de la cour d’honneur de l’hôtel de Bourgtheroulde.
Visite originale car Philippe a su susciter un réel intérêt en mettant en exergue certains détails méconnus mettant ainsi en valeur un élément historique, l’existence d’un  sarcophage de souverain anglais ou normand, révélant ainsi un pan de l’histoire.
Nos amis anglais cultivés l’ont souvent relancé sur les imbrications que les lignées de monarques entretenaient avec la France.
À la fois courtois et taquin, Philippe mériterait le verre que nous n’avons pas eu le temps de lui offrir.

Pascal Frayssinet

Nos amis du jumelage NNRFA étaient à Rouen la semaine passée

Déroulement du séjour : arrivée à Rouen, mercredi 10 en fin d’après-midi. Séjour en famille pour certains, à l’hôtel pour les autres.
P1020688
Jeudi 11 : 11h30 réception à la Mairie et discours de Bruno Bertheuil Maire-Adjoint, de Christopher Rowe, président de la NNRFA et de Christophe Thierry, président du RNC.
Présence d’un conseiller de Norwich nouvellement élu dans le groupe anglais.
La célébration du 60ème anniversaire du jumelage en 2019, a été longuement évoquée.
D’autres articles et d’autres photos à venir dans les prochains jours!
Stay tuned!
Martine Commessie

Nos amis du jumelage NNRFA seront à Rouen du 10 au 14 mai

Norwich Cathedral Norwich
Norwich Cathedral Norwich

Au programme:

Mercredi 10 : arrivée à Rouen.
Jeudi 11 : journée libre et réception à la Mairie.
Vendredi 12 : excursion à Caen pour visiter les carrières historiques de la Maladrerie et l’Abbaye aux Hommes.
Samedi 13 : promenade dans Honfleur et croisière dans l’estuaire de la Seine jusqu’au Pont de Normandie.
Dimanche 14 : départ pour Norwich.
Martine Commessie

Richard III au Rive Gauche les 4 et 5 mai

WEB_RICHARD-III-IR3A7877-©Nicolas-Joubard

Avec Richard III, la brillante compagnie rouennaise la Piccola Familia, dirigée par Thomas Jolly,
poursuit l’incroyable aventure commencée avec Henry VI, épopée historique qui durait 18h ! Cette fois, Thomas Jolly endosse lui-même le rôle-titre. Richard III est le quatrième et dernier volet d’un cycle d’horreur et de barbarie, qui traverse la guerre de Cent Ans puis celle des Deux-Roses pour finir par la chute de la maison d’York et l’avènement des Tudor. Pour plus d’information:

http://www.cdn-normandierouen.fr/richard-3/

01-Production-of-the-Bards-Richard-III-Now-Has-an-Oscar-Winner-Star-in-Team-300x298

Le squelette de Richard III avait été retrouvé et authentifié en 2012/2013 lors de fouilles sous un parking de Leicester!

http://www.bbc.com/news/uk-england-leicestershire-31990721

Nathalie Le Gendre

Atelier muffins mercredi 3 mai

Best-Blueberry-Muffins2-575x370

Le prochain atelier pâtisserie aura lieu mercredi 3 mai à 14h00 à la maison Saint Sever. Au programme cette fois-ci la confection de muffins américains . Vous trouverez en pièce jointe un document vous expliquant la différence entre les muffins américains et leurs cousins britanniques.

Muffin

 
N’oubliez pas d’informer Jacqueline de votre participation avant lundi 1er mai par mail à l’adresse suivante:

This is England !

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial