Tous les articles par Nathalie Le Gendre

visite commentée de l’exposition Simon Roberts

DSC05665

Après le vernissage de  jeudi dernier, Simon Roberts restant quelques jours à Rouen , il a fait samedi à 15h une visite commentée de l’exposition. C’était passionnant! Comprendre ce qui motive les choix de l’artiste, appréhender le travail sous-jacent à l’œuvre ou découvrir les anecdotes de certaines prises de vue, ce fut une agréable moment de partage.

DSC05667

Thank you for this lively  and interesting commented visit!

 

Nathalie Le Gendre

Pastry and travel, un site de recettes franco anglais

11222529_714380465356283_6758853644855734692_n

Un site de recettes vegan créé par Justine, une étudiante rouennaise. De belles photos , de bonnes idées et surtout des recettes bilingues à partager avec nos amis anglais.

Retrouvez Pastry and travel sur instagram :

https://www.instagram.com/Pastryandtravel/

et sur youtube :

https://www.youtube.com/channel/UCteIfIzcdrcMw-My9ypT4fA?app=desktop

Yummy:

12042925_756572897803706_9047317726841283192_n

Enjoy! Nathalie Le Gendre

Escapade à Veules-les-roses

 

veules

Jeudi 31 mai ,nous avons délaissé notre atelier rouennais pour aller voir la mer qui hier avait troqué les couleurs de la Manche pour celles de l’océan indien! L’atmosphère était vraiment estivale et notre humeur aussi. En flânant nous avons longé le plus petit fleuve de France , marquant de nombreuses haltes pour respirer les superbes roses parant chaque jardin ou maison, admirer les moulins, les petits ponts et observer les truites « Fario » En parfaites touristes nous avons fait les photos souvenirs!

Mais le but avoué de cet après-midi était « l’afternoon tea » proposé par Marylin dans son jardin à l’Atelier 2.

Cream tea, Fruit cake , Chocolate cake accompagnés d’ une sélection de thé nous attendaient pour satisfaire notre gourmandise. Nous avons savouré ces spécialités, ri en partageant des anecdotes et été charmées par l’accueil de notre hôtesse .

Un beau moment passé ensemble , promesse de nouvelles aventures pâtissières à la rentrée!

IMG_20161125_201350

Jacqueline Allanic

Samedi 13 mai: Dernier jour en Normandie pour nos amis anglais.

P1020782

Beau temps sur Honfleur dès le matin, pour flâner autour du Vieux Bassin, déambuler sur le marché autour de l’Eglise Sainte Catherine en humant les produits du terroir, découvrir les ruelles bordées de maisons à pans de bois.

P1020803

L’après-midi, embarquement sur une vedette pour une mini-croisière entre le pont de Normandie et le port du Havre, sous un ciel digne des Impressionnistes.

L’équipe au complet:

P1020832

P1020830

Francine  Lenormand

Vendredi 13 mai: Histoire de ponts.

P1020820

                 Il m’aura fallu attendre 25 ans avant de glisser sur la Seine et passer enfin par-dessous le Pont-de-Normandie, moi, qui dès 1992 en survolait le chantier pour les besoins de quelques clichés photographiques. Le petit avion Cessna a virevolté par-dessus l’ouvrage au point de me faire ressentir un douloureux vertige. Aujourd’hui, le 13 Mai 2017, à bord d’un bateau honfleurais, bien stable, en compagnie des membres du jumelage Rouen-Norwich je découvre, d’une autre manière, un ouvrage parfait qui me laissait pourtant indifférent, autrefois. Ce pont a une allure fantastique avec ses haubans qui dessinent contre le gris-bleu du ciel un délicat canevas et aussi ce tablier d’une portée de plus de 850 mètres dont le subtil profilé, en aile d’avion, peut résister à la violence des vents marins.
                Pourtant, une fois le Pont-de-Normandie dépassé vers l’amont, on distingue bien, dans les brumes fluviales, le tout premier pont suspendu qui enjamba la Seine, celui de Tancarville. Celui qui restera le plus cher à mon cœur. Dès 1965, il marquait pour moi un point de passage obligé et important, fait de fausses permissions militaires et de retours hebdomadaires du pays d’Auge à la pointe du Pays-de-Caux. Un aller-retour incessant vers mes amours…
                L’expression « De-l’autre-côté-de-l’eau » a toujours souligné la profonde fracture que le fleuve engendre entre les normandies. Au plus près de l’estuaire, le Pont-de-Tancarville, puis ce magnifique Pont-de-Normandie ont relié à jamais des terroirs et des microclimats normands. La création de ces ouvrages et, dernièrement, une seule et même région ont soudé définitivement et irrémédiablement la Normandie. Quand je pense, atterré, moi l’Angevin de naissance, qu’il a fallu des trésors de technologie et de singuliers combats politiques pour parfaire une unité que les Ducs de Normandie, dès le Xème siècle, avaient déjà en tête… Anciens et toujours Vikings, le franchissement de la Seine n’était pour eux qu’une bagatelle, une distraction en quelque sorte, un retour au source, pour vaquer de Rouen à Caen et galoper éperdument sur les grèves du Mont-Saint-Michel, comme si de rien n’était…

                                                                                                                                   Alexandre Hervé.

Jeudi 12 mai: D’une Abbaye à l’autre

Le ciel du 12 Mai 2017 fut clément, alternant passages nuageux et franc soleil. Après la sortie des entrailles de la carrière de la Maladrerie, là où fut extrait une partie de la « pierre de Caen », nous eûmes, momentanément, l’impression d’une bienfaisante bouffée de chaleur, sèche.

P1020751
                Deux exemples de l’utilisation de cette fameuse pierre s’offrirent à nos regards. L’un au pied et sur les remparts du vaste château de Caen, l’autre dans l’ouest lointain de la ville, avec  la belle silhouette blanche de l’Abbaye -aux-Hommes.

P1020765
                En cheminant par la rue Saint-Étienne on finit par aboutir sur sa magnifique esplanade. L’Abbaye-aux-Hommes, à l’instar de l’Abbaye Saint-Ouen à Rouen, abrite l’hôtel-de-ville avec un peu le même ordonnancement des anciens bâtiments bénédictins et de leur Abbatiale qui les jouxte : Saint Étienne à Caen, Saint-Ouen à Rouen. Mais dans le détail tout est différent. On aborde, en fait, l’Abbaye-aux-Hommes par l’arrière en traversant un bel écran de verdure, son esplanade ; à Rouen, il faut franchir l’entrée principale pour découvrir, à l’arrière, les  anciens  jardins de l’Abbaye ; point de devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » au fronton ; puis toujours à Caen on retrouve l’absolue intégralité des salles monacales du XVIIIème siècle : le chapitre, la sacristie, le parloir, le réfectoire tout habillé de bois. Actuellement dans ces lieux se célèbrent les mariages et s’organisent les réceptions. Dans le spacieux  et magnifique cloître on imagine facilement les jeunes mariés du XXIème siècle devant les photographes, là où les antiques moines faisaient, autrefois, leurs saintes déambulations. Au niveau du parloir on trouve encore un efficace « tableau des offices » du XVIIème avec son horloge et en-dessous les différentes activités où les moines pouvaient inclure leur affectation de la semaine.
                Il faut ressortir des bâtiments conventuels pour s’introduire dans la magnifique Abbatiale appelée, ici, l’église Saint-Étienne. Elle fut construite en quatorze ans sous Guillaume le conquérant. Sa création et l’ensemble de l’Abbaye devait racheter, vis-à-vis du pape, la faute commise par Guillaume qui avait épousé la toute belle Mathilde de Flandres, sa lointaine cousine. A l’inverse de l’Abbatiale Saint-Ouen de Rouen où se donnent des concerts d’orgue, ici, se disent toujours des grands-messes, tout contre le tombeau de Guillaume. Il avait choisi d’être enterré, ici , dans cette Normandie au ras des flots et riante, plutôt que dans la vallée de Seine creusée dans le rude plateau venté du pays-de-Caux. Détail macabre, la tombe de Guillaume fut plusieurs fois profanée et il ne reste qu’une seule relique dans la fraîcheur du tombeau.

P1020773
    A Caen, on célèbre facilement le prestigieux Guillaume le Conquérant, VIIème Duc de Normandie, alors qu’à Rouen c’est Rollon, le Viking fondateur qu’on croise dans les jardins de l’hôtel-de-ville… Malgré tout, de Rouen à Caen n’a régné qu’une seule et même dynastie, celle des redoutables Ducs de Normandie, pour une seule et même belle région, la Normandie, si riche de ses paysages verdoyants, divers et complémentaires…
   

                                                                                                               Alexandre Hervé.

vendredi 12 mai: les carrières de Caen

P1020699

On Friday, 12th May, we went to Caen. In the morning, we visited quarries. We separated into 2 groups. The visit was in English and gave to us geological, technical, historical and other wonderful information. Our guide was very nice and very good. He explained to us everything clearly and simply.

The quarry we visited was used in 1986 for the last time. Refugees used it after Caen was bombed during WWII and the father-in-law of the guide was one of the refugees and went there to hide. In the quarry, we could find limestone, la Pierre de Caen. La Pierre de Caen is very white but absorbs water, so if it has water in it and if it is freezing, it can explode. Above the quarry, a district has been built.

P1020731

Above one of the pillars in the quarry, there is a crèche. some pillars are very old, so, they have been reinforced with concrete. In winter, there are a lot of bats in the quarry. There are also wells, some are 25 meters deep, and were used to pull up blocks of la Pierre de Caen. One or two men were in a big wheel like a hamster wheel, and they walked and walked in the wheel to get la Pierre de Caen up.

A lot of cathedrals, have been built with this stone, especially Norwich Cathedral, the white tower of London, Canterbury Cathedral and Westminster, and also some castles, Hastings castle, Colchester castle … Now la Pierre de Caen is bought by Arab emirates, U. S. A and England, to build luxurious houses, it is kind of tribute to the past.

P1020712

Arthur Frayssinet